La photographe Anaïs Armelle Guiraud ouvre son Petit Cabinet

Anaïs Armelle Guiraud, photographe frontignanaise, diplômée en 2014 de l’école supérieure des Beaux-Arts de Montpellier, pratique la photographie depuis son plus jeune âge. Elle est depuis 2016 photographe professionnelle et plasticienne. Elle s’affirme « porteuse d’un travail photographique singulier et affirmé ainsi que de valeurs et de projets sociaux, culturels et féministes. » Elle partage et transmets la photographie et les arts plastiques à travers de nombreux workshops et ateliers d’expression plastique. Anaïs Armelle Guiraud revient à Frontignan pour présenter « Le Petit Cabinet » qui a été exposé dans plusieurs villes membres du réseau 7 sois 7 luas.

Elle décrit l’origine de cette création avec ces mots : « Le Petit Cabinet est né d’une contrainte. La contrainte de l’artiste sans atelier, celle des petits espaces. L’enfermement. Et la solitude aussi. Il a fallu trouver des astuces plastiques et visuelles pour travailler dans le petit espace qui était à ma disposition. Ainsi, le temps d’une séance photo, j’invite des jeunes femmes à prendre place dans mon petit espace. Alors, le temps de cette séance photo, le Petit Cabinet prend vie ; il s’illumine et on y entend parfois même des éclats de rire. Mais on n’en sort pas. Ou tout du moins, on le quitte uniquement quand l’image est terminée. On y est comme confinés. »

Cette exposition est la première des deux qui ont été proposées à l’artiste par la Ville. En effet, à la rentrée, elle présentera en grand format dans les rues du cœur de ville, de nouvelles créations avec des modèles frontignanais dans une exposition intitulée « Du poil au cœur ».

Le Petit Cabinet

➡️ Présenté par Corine Girieud – Docteure en histoire de l’art (Extraits)

La série Le Petit Cabinet se compose de portraits, de paysages et de natures mortes. Ces trois genres clairement identifiables dans l’histoire de l’art permettent à Anaïs Armelle Guiraud de composer ce qui pourrait bien se définir comme des installations photographiques. L’artiste expérimente en effet des façons de sortir le cliché de son cadre, notamment en le faisant entrer dans l’espace d’exposition : les tirages se répondent par paires, trios ou plus, et chacun tient sa fonction selon qu’il se trouve encadré ou pas, ou encore qu’il colle au mur comme une seconde peau, presque un trompe-l’œil. (…) En jouant des codes de la représentation, en poussant l’image juste au-delà du correct, du joli, voire du regardable, elle donne une dimension nouvelle à ses modèles ; elle les fait exister autrement, ce qui n’est pas anecdotique lorsque l’on photographie presque exclusivement des femmes.

(…) Un enfermement psychologique et physique se ressent intensément dans Le Petit Cabinet : visages fermés, regards perdus ou suppliants, espaces clos en guise de paysages – parois frontales qui ne laissent aucune échappatoire aux yeux des spectateurs. Quant aux natures-mortes, elles ont rarement aussi bien porté leur nom – stagnation, pourrissement, attente infinie. On l’a dit, il y a du trop dans les œuvres de l’artiste. Et dans cette série-là en particulier, il y a trop de malheur, trop de tristesse.(…) Mais attention, Anaïs Armelle Guiraud ne pratique pas le cliché engagé qui montre du doigt et dénonce à grands cris. Paradoxalement, elle insuffle de la légèreté aux photographies qu’elle compose en pratiquant l’outrance – et la dérision vis-à-vis de son propre goût pour l’histoire du kitsch. (…) En jouant des contrastes et du baroque qu’elle pousse parfois jusqu’au grotesque, Anaïs Armelle Guiraud donne à voir avec beaucoup de sensibilité, une humanité transcendée dans ses fêlures et son dérisoire. 

Anaïs Armelle Guiraud – Le petit cabinet

🍸 Vernissage le mardi 9 juillet 2019 à 18h30 en présence de l’artiste
📍 Salle Jean-Claude-Izzo, rue du député Lucien-Salette
💰 Entrée libre
🕖 Du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h
📅 Du 10 juillet au 3 août 2019

💬 info – www.7sois.eu – 04 67 18 54 92