Hommage à Samuel Paty : Discours de Michel Arrouy

Mesdames et Messieurs les élus,

Mesdames et Messieurs les représentants de l’Éducation Nationale, des enseignants, des parents d’élèves et de la communauté éducatrice, chères concitoyennes, chers concitoyens,

Nous sommes réunis aujourd’hui devant l’Hôtel de Ville, notre maison commune, pour rendre hommage à Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie au collège Bois d’Aulne de Conflans-Sainte-Honorine, horriblement assassiné, décapité, le vendredi 16 octobre dernier, et témoigner tout notre soutien à sa famille, ainsi qu’à la communauté éducatrice.

Samuel Paty a été tué parce qu’il faisait son métier, ou plutôt son devoir d’enseignant de notre République. Celui de former des citoyens, capables de penser par eux-mêmes. Capables de faire société dans toutes nos différences. Capables de transmettre eux aussi un jour cette flamme de la connaissance et de la compréhension aux générations à venir.

Ne nous trompons pas de réponse. La surenchère liberticide ne mène à rien. Les clivages et l’intolérance se nourrissent jusqu’à l’horreur. Nous sommes dans un État de droit, et il appartient à la justice d’enquêter et de juger ceux qui ont commis et participé à cet acte atroce. Il appartient également à l’État d’intensifier les moyens de lutte contre toutes les radicalisations et les intégrismes religieux.

Mais, citoyennes et citoyens, nous avons aussi un rôle à jouer. Celui d’affirmer notre refus du fanatisme et notre volonté de vivre dans une société où la liberté de penser et de s’exprimer n’est pas une option mais un principe fondateur : la laïcité.

Car nous habitons ce pays, la France, qui, il y a maintenant un siècle, a ajouté la laïcité au triptyque républicain de 1789 : Liberté, Égalité, Fraternité, Laïcité.

Loin d’exclure et d’humilier, elle est cette école de l’intelligence dont Jean Rostand disait qu’elle vise à « former les esprits sans les conformer, les enrichir sans les endoctriner, les armer sans les enrôler ».

La France se caractérise aujourd’hui par une diversité culturelle plus grande que par le passé. C’est pourquoi nous avons plus que jamais besoin d’affirmer notre laïcité. Nous devons garantir à tous les citoyens, quelles que soient leurs convictions philosophiques ou religieuses, de vivre ensemble dans la liberté de conscience, la liberté de pratiquer une religion ou de n’en pratiquer aucune, l’égalité des droits et des devoirs, la fraternité républicaine.

C’est bien ce qui nous réunit ce soir.

C’est aussi ce qui mobilise chaque jour, partout dans notre pays, les enseignants qui transmettent à nos enfants le goût du savoir, de l’échange et du débat. Ils portent une mission essentielle et je veux leur dire à quel point ils nous sont précieux. Ils sont le cœur battant de l’école, cet espace essentiel d’apprentissage du respect de l’autre et de soi-même. Ils doivent avoir les moyens de le rester. Il en va de notre société.

En hommage à Samuel Paty, je vous invite maintenant à respecter une minute de silence.